Cholestérol

Publié le : 26/11/2016 15:49:23
Catégories : Blog

Cholestérol : Une substence natruelle

Depuis plusieurs décennies le cholestérol est reconnu comme étant à lui seul un facteur de risque dans les maladies cardiovasculaires et de mortalité. Bien qu’il ne soit plus considéré comme le plus important facteur de risque, il n’empêche qu’un taux de cholestérol élevé et un profil de lipides sanguins anormal peuvent provoquer un rétrécissement des artères, et ainsi causer de l’artériosclérose, avec des conséquences sérieuses pour la santé de l’individu.

Le cholestérol est une substance naturelle, vitale pour la santé des cellules, la vie serait impossible sans lui. Quand nous parlons d’un taux élevé de cholestérol, nous faisons référence à un groupe de ‘lipoprotéines’, des molécules spécialisées qui agissent en transportant le cholestérol depuis le foie et vers celui-ci ainsi qu’aux organes périphériques.

Bien que la catégorisation véritable soit beaucoup plus complexe, les lipoprotéines liées au cholestérol peuvent être exprimées comme suit :

Cholestérol total

LDL ou le 'mauvais' cholestérol : la molécule responsable de l’accumulation du cholestérol sur les parois artérielles

HDL, ou le 'bon' cholestérol : la molécule qui contribue à enlever le cholestérol des parois artérielles

Les Triglycérides, une autre substance graisseuse dans le sang qui contribue à déterminer la totalité du cholestérol

Quand il y a une accumulation de cholestérol, les parois artérielles deviennent épaisses et rigides. Ce changement conduit à une perte d’élasticité, ce qui provoque à son tour de l’hypertension. En plus, cela conduit à l’artériosclérose, ce qui veut dire à la création de ‘plaques’ sur les parois intérieures des artères.

Au fur et à mesure qu’elles deviennent plus grandes, ces plaques peuvent éclater, provoquant des ‘cailloux’ qui peuvent bloquer la circulation du sang vers le cœur ou le cerveau et ainsi provoquer des syndromes coronaires et des AVC.

Jusqu’ici le principal traitement contre un taux élevé de cholestérol était de réduire le LDL et les triglycérides et d’augmenter le HDL. Toute intervention censée changer ce schéma soit en faisant un régime, du sport, ou en prenant des médicaments était considérée efficace. En ce qui concerne les médecins, les statines ont été la règle d’or pendant deux décénnies.

Cholestérol et Vitamine C : une étroite corrélation

Néanmoins, comme c’est le cas avec n’importe quel médicament, les statines comportent des effets secondaires. EIles peuvent provoquer la myalgie (douleurs aux muscles), une toxicité au foie, et plus récemment découvert, cela peut accroitre le risque de diabète. Fort heureusement, la réduction du cholestérol et de l’artériosclérose peut s'entreprendre avec des moyens naturels, comme par exemple avec la prise de la vitamine C.

Cholestérol : Les études cliniques

En 1986, Harwood, Green et Stacpoole découvrirent que la vitamine C est capable d’inhiber l’enzyme HMG-CoA réductase in vitro, en révélant qu'au niveau de la molécule la vitamine C peut agir en tant que statine [1]. En effet, son activité inhibante était proportionnelle à sa concentration ; plus la concentration était élevée, plus l’activité était prononcée. En plus, grâce à son action antioxydante, la vitamine C pourrait prévenir l’oxydation de LDL qui est la source sous jacente à ce genre de problèmes.

En 2000, Kurowska et ses collègues démontrent que le jus d’orange avec une forte proportion de vitamine C augmenta de façon importante les niveaux de cholestérol HDL(le bon) tout en diminuant le LDL (le mauvais) des personnes en bonne santé, donnant la preuve précoce de la capacité de l’acide ascorbique à diminuer les lipides [2].

Une autre étude importante faite dans un hôpital iranien en 2007 démontra qu’un supplément de 1000mg de vitamine C réussit à faire diminuer le LDL et les triglycérides aux patients atteints de diabète 2 [3]. Néanmoins, 500 mg ne provoqua pas le même effet, ce qui souligne l’importance d’atteindre des niveaux de concentrations élevées de plasma d’acide ascorbique.

Pour conclure, deux études importantes, furent publiées en 2014. La première de David Hojland Ipsen et al démontrèrent que des taux très bas en vitamine C étaient liés à la stéatose hépatique dans la population en général, un désordre métabolique intimement lié aux lipides sanguins anormaux et aux désordres métaboliques en général [4]. La deuxième, de Siavash et Amini, démontrèrent que la vitamine C peut augmenter les effets de HDL semblables à ceux du médicament Gemgiprozil administré aux patients atteints de diabètes du type 2 et qui favorise une bonne santé [5].

Donc la vitamine C est capable d’augmenter la lipidémie. Mais pour ce faire, une quantité suffisante de concentration doit se constituer. Malheureusement, les suppléments traditionnels ne réussissent pas à garder le taux de concentration de vitamine C au niveau optimal et ce dû au fait de son assimilation sanguine. C'est dans ce cas que l'encapsulation liposomale peut fournir une aide précieuse. Comparée aux suppléments conventionnels d’acide ascorbique à forte dose, il a été démontré que la vitamine C liposomale a une efficacité d'au moins 50% supérieure [6].

Goldman Laboratories acteur et concepteur de produits d'encapsulation liposomale combinant l'efficacité de l'administration de haute biodisponibilité avec la commodité d'une capsule orale, la réalisation de l'absorption cellulaire maximale et des concentrations plasmatiques élevées : la forme hautement biodisponible de vitamine C, la VITAMINE C LIPOSOMALE 500MG est enfin disponible.

References:

[1] : Harwood J, Greene Y, Stacpoole P. Inhibition of human leukocyte 3-hydroxy-3-methylglutaryl coenzyme A reductase activity by ascorbic acid. An effect mediated by the free radical monodehydroascorbate. The Journal of Biological Chemistry. 1986;261(16):7127-7134.

[2] : Kurowska E, Spence D, Jordan J, Wetmore S, Freeman D, A Piché L et al. HDL-cholesterol-raising effect of orange juice in subjects with hypercholesterolemia. The American Journal of Clinical Nutrition. 2000;72(5):1095-1100.

[3] : Afkhami-Ardekani M, Shojaoddiny-Ardekani A. Effect of vitamin C on blood glucose, serum lipids & serum insulin in type 2 diabetes patients. The Indian Journal of Medical Research. 2007;126(5):471-474.

[4] : Ipsen D, Tveden-Nyborg P, Lykkesfeldt J. Does Vitamin C Deficiency Promote Fatty Liver Disease Development?. Nutrients. 2014;6(12):5473-5499.

[5] : Siavash M, Amini M. Vitamin C may have similar beneficial effects to Gemfibrozil on serum high-density lipoprotein-cholesterol in type 2 diabetic patients. Journal of Research in Pharmacy Practice. 2014;3(3):77.

[6] : Bell, Davis J, Paris H, Beals J, Binns S, Giordano G et al. Liposomal-encapsulated Ascorbic Acid: Influence on Vitamin C Bioavailability and Capacity to Protect Against Ischemia–Reperfusion Injury. NMI. 2016;:25.

Articles en relation

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)