La chimiothérapie - un traitement pour le cancer

Publié le : 24/05/2016 15:50:09
Catégories : Blog

La chimiothérapie : Ne vous laissez pas abattre par les effets secondaires...

La chimiothérapie est un mot composé, dérivé du mot grec chimio-, qui signifie la drogue chimique et -thérapie, qui signifie le traitement. La chimiothérapie signifie ainsi littéralement un traitement chimique. Il a été utilisé pour décrire l'emploi d'agents chimiques pour détruire les cellules cancéreuses, une pratique médicale qui forme la base d'un traitement anti- cancer du début des années 1950 jusqu'à aujourd'hui. 

La chimiothérapie - Son but

Le but de la chimiothérapie est de tuer les cellules cancéreuses, tout en causant le moins de dommages possibles aux tissus sains. Ceci n'est pas une tâche facile car les cellules cancéreuses sont des cellules humaines. Cependant, certaines caractéristiques de la cellule cancéreuse se distinguent de la plupart des cellules saines, ce qui permet cibler les attaques avec un certain degré de sélectivité. Par exemple, les cellules cancéreuses se développent et se multiplient beaucoup plus rapidement que la plupart des cellules normales, par conséquent certaines phases du cycle cellulaire ont été utilisées comme cibles par de nombreux agents chimio thérapeutiques connus. En effet, la plupart des médicaments de chimiothérapie provoquent la mort des cellules cancéreuses et perturbent le processus de synthèse du fonctionnement de l'ADN. Les agents de chimiothérapie accomplissent ceci par plusieurs mécanismes spécifiques qui, dans certains cas, partagent des caractéristiques communes. Six grands groupes de médicaments de chimiothérapie existent aujourd'hui : les antimétabolites, les médicaments alkylants, les alcaloïdes dérivés de plantes, les taxanes, les antibiotiques antitumoraux et enfin les anticorps monoclonaux.

La chimiothérapie - Ses effets secondaires

Malheureusement, la chimiothérapie n'est pas dépourvue d'effets secondaires. Bien que les cellules à croissance lente soient peu affectées par celle-ci, les cellules à croissance rapide sont aussi vulnérables à la chimiothérapie que les cellules cancéreuses - voire plus. Les cellules de la peau, les follicules pileux et les cellules formant la muqueuse du tractus gastro-intestinal représentent les cellules qui ont la plus forte croissance dans le corps humain, donnant lieu à une foule d'effets secondaires marquants associés à la chimiothérapie : éruptions cutanées, perte de cheveux, problèmes gastro-intestinaux allant de la bouche, des ulcères à la gorge, aux nausées, aux vomissements, à la constipation jusqu'enfin la diarrhée. D'autres effets secondaires communs incluent fatigue, troubles sanguins (en raison de la suppression de la moelle osseuse), perte d'appétit, et dysfonctionnement sexuel.

De nombreux médicaments chimiothérapiques partagent une action mécanique commune, à savoir la production d'espèces réactives de l'oxygène (ROS), également connue sous le nom de radicaux libres, qui attaquent l'ADN et les mitochondries, les obligeant à se désintégrer et conduisant à la mort cellulaire. Parce que ce mécanisme est également responsable des effets secondaires de la chimiothérapie, la communauté scientifique s'intéresse à étudier comment les substances antioxydantes peuvent aider à réduire ce fardeau. Dans une étude qui a été publiée en 2013, Fuchs-Tarlovsky a constaté que certains suppléments d'antioxydants, comme la vitamine c, peuvent limiter les effets indésirables tels que l'asthénie, la neurotoxicité, mucosite / stomatite et la perte de poids. [1] En effet, l'année suivante, Ma et al. a rapporté que de fortes doses de vitamine C par voie intraveineuse en parallèle avec un traitement chimiothérapique a également réduit la toxicité induite par la chimiothérapie chez les femmes atteintes du cancer de l'ovaire [2]. Dans le même temps, dans deux revues systématiques importantes, Block et al. ont examiné si la supplémentation en antioxydants peut interférer avec l'efficacité des agents chimiothérapeutiques, et a constaté que, dans la plupart des cas, la chimiothérapie n’était pas affectée voire améliorée, tout en aidant aussi à soulager les symptômes liés à la toxicité. [3,4] Guerriero et al. ont également constaté que la vitamine C permet de réduire les effets indésirables et d'augmenter le champ d'intervention du médicament mitoxantrone cytotoxique contre les cellules cancéreuses du sein. [5] Dans une étude de 2016, Mikirova et ses collègues ont montré que des doses élevées de vitamine C par voie intraveineuse permettent de réduire les effets des cytokines inflammatoires nocifs qui augmentent chez les patients atteints de cancer [6].

La chimiothérapie - Prendre de la vitamine C oui, mais pas n'importe laquelle :

La vitamine C est seulement utile sous forme de méga-doses avec des concentrations plasmatiques élevées obtenues par administration intraveineuse. Des doses plus faibles administrées par voie orale conventionnelle n'obtiennent pas les mêmes résultats, et peuvent en fait être nuisible; il y a des recherches montrant que des doses standard de vitamine C peuvent interférer avec la chimiothérapie, ce qui rend les médicaments moins efficaces [7,8]. On explique ce phénomène par le biais d'une propriété unique de la vitamine C, qui lui permet de fonctionner comme un pro-oxydant lorsqu'elle atteint des concentrations élevées seulement autour des cellules cancéreuses, la production de ROS augmente et nécessite d'être détruite. En même temps, il ne nuit pas aux cellules normales et, en fait, les protège de dommages par la chimiothérapie.

Ceci est la raison pour laquelle la manière de prendre la vitamine C est si importante. La vitamine C prise par voie intraveineuse (IV) est prometteuse, mais possède de nombreux inconvénients, elle couteuse et nécessite un traitement hospitalier. Il existerait une solution complementaire l'encapsulation liposomale. Les liposomes sont des systèmes de délivrance de médicaments ou de substances actives de dimensions nanoscopiques qui permettent une absorption complète au niveau de l'intestin. Leur caractère lipophile leur permettent de contourner la barrière de régulation du plasmique et d'atteindre des taux de concentration très élevés de vitamine C. Ceci permet de rendre la cellule tumorale pro-oxydant tout en protégeant les cellules saines de la toxicité associée à une chimiothérapie. De plus, les liposomes ont un avantage supplémentaire par rapport à la vitamine C par voie intraveineuse : leurs propriétés pharmacocinétiques sont améliorées, ce qui leur permet de rester en circulation beaucoup plus longtemps, jusqu'à 8 heures après l'ingestion. 

La vitamine C liposomale une véritable alternative :

 Goldman Laboratories sont leader dans la recherche et fabrication des produits à encapsulation liposomale, parmi lesquels figure une forme hautement biodisponible de la vitamine C, la VITAMINE C LIPOSOMALE 500MG. En utilisant un produit de haute qualité, une véritable supplémentation de vitamine C liposomale, il est possible d'obtenir des doses appropriées de vitamine C. 

Références:

[1] : Fuchs-Tarlovsky V. Role of antioxidants in cancer therapy. Nutrition. 2013;29(1):15-21.

[2] : Ma Y, Chapman J, Levine M, Polireddy K, Drisko J, Chen Q. High-Dose Parenteral Ascorbate Enhanced Chemosensitivity of Ovarian Cancer and Reduced Toxicity of Chemotherapy. Science Translational Medicine. 2014;6(222):222ra18-222ra18.

[3] : Block K, Koch A, Mead M, Tothy P, Newman R, Gyllenhaal C. Impact of antioxidant supplementation on chemotherapeutic efficacy: A systematic review of the evidence from randomized controlled trials. Cancer Treatment Reviews. 2007;33(5):407-418.

[4] : Block K, Koch A, Mead M, Tothy P, Newman R, Gyllenhaal C. Impact of antioxidant supplementation on chemotherapeutic toxicity: A systematic review of the evidence from randomized controlled trials. International Journal of Cancer. 2008;123(6):1227-1239.

[5] : Guerriero E, Sorice A, Capone F, Napolitano V, Colonna G, Storti G et al. Vitamin C Effect on Mitoxantrone-Induced Cytotoxicity in Human Breast Cancer Cell Lines. PLoS ONE. 2014;9(12):e115287.

[6] : Mikirova N, Riordan N, Casciari J. Modulation of Cytokines in Cancer Patients by Intravenous Ascorbate Therapy. Med Sci Monit. 2016;22:14-25.

[7] : Heaney M, Gardner J, Karasavvas N, Golde D, Scheinberg D, Smith E et al. Vitamin C Antagonizes the Cytotoxic Effects of Antineoplastic Drugs. Cancer Research. 2008;68(19):8031-8038.

[8] : Subramani T, Yeap S, Ho W, Ho C, Omar A, Aziz S et al. Vitamin C 

Articles en relation

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)