Bronchite

Publié le : 08/06/2016 14:09:57
Catégories : Blog

La Bronchite appartient aux dites infections des voies respiratoires inférieures. D'un point de vue physiologique, c'est une inflammation des membranes des muqueuses couvrant l'arbre bronchique, qui est le réseau des tubes d'air qui transporte l'oxygène et le dioxyde de carbone de vos poumons. La Bronchite peut avoir une apparition soudaine et une durée relativement limitée, ou être constante et durer pendant des mois, voire des années. Dans le premier cas, elle est caractérisée comme aiguë, alors que dans le second elle sera chronique.

La bronchite aiguë est relativement fréquente et elle se développe habituellement suite à une infection par un virus respiratoire, par exemple, un rhume, la grippe ou la coqueluche. Bien qu'elle se résolve d'elle même en quelques jours, il n'est pas rare dans certains cas, comme par exemple, chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli, de voir leur état se détériorer davantage vers une pneumonie. D'autre part, la bronchite chronique est principalement associée au tabagisme et à une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

Quels sont les symptômes de la bronchite ?

Les symptômes de la bronchite aiguë comprennent une toux persistante irritante, la production de mucus ayant un panel de couleur allant du clair au coloré en passant par le jaunâtre jusqu'au vert. En outre, les patients se sentent fatigués et parfois sont à court de souffle. Ils peuvent sentir leur poitrine lourde et peuvent même avoir une faible fièvre ainsi que des tremblements. Si la toux est violente et accompagnée d'un son caractéristique d'une personne à bout de souffle, alors cela pourrait être un problème plus grave appelé coqueluche, qui doit être soigneusement traité surtout si le patient est très jeune, comme un bébé ou un petit enfant.

La bronchite aiguë de source virale se soigne d'elle même. Des résultats d'amélioration seront constatés après quelques jours, bien que la toux puisse persister pendant quelques semaines voire plus. Toutefois, s'il n'y pas d'amélioration après 2-3 semaines, ou qu'elle est accompagnée d'autres signes de gravité (par exemple, une respiration sifflante, une forte fièvre, ou de sang dans les crachats), alors là, consulter un médecin doit être nécessaire et le plus rapidement possible .

Comme pour la plupart des épisodes d'une bronchite aiguë, celle-ci est causée par des virus et l'utilisation systématique d'antibiotiques ne sont pas nécessaires. Le traitement est principalement ciblé sur le soulagement des symptômes, ce qui augmente le confort du patient et évite les complications. La fièvre peut être traitée avec des antipyrétiques simples (paracétamol ou ibuprofène). L'utilisation des médicaments contre la toux est à proscrire, car ils peuvent supprimer la capacité à éliminer l'excès de mucus. L'hydratation et le repos sont bien évidemment à consommer sans modération.

Il existe des études montrant que la vitamine C peut être utile pour soulager les symptômes de la bronchite. Une étude d'un examen systématique Cochrane a constaté que, bien que la vitamine C ne semble pas être très efficace dans la prévention de l'apparition d'infections virales, elle fait un bon travail pour aider le système immunitaire à les dégager, en particulier chez les personnes âgées et affaiblies [1].

Par ailleurs , Il a été démontré que la vitamine C peut prévenir l'apparition des symptômes d'une maladie induite par le virus respiratoire [2], cela a encore été soutenu par l'examen de Sgarbanti et al . , décrit puis repris dans d'autres études qui montrent une corrélation positive [3]. Les résultats montrent que lorsque des doses élevées de vitamine C circulent dans le milieu extracellulaire, elles contribuent à piéger les molécules oxydantes qui sont produites par le processus inflammatoire, limitant ainsi les dommages causés aux tissus sains adjacents.

Toutefois, afin d'en tirer un maximum d'avantages de l'administration de la vitamine C, sa concentration doit être maintenue à des taux élevés, pour des périodes de temps prolongées. Malheureusement, les niveaux de vitamine C après administration par voie orale sous des formes conventionnelles sont strictement réglementés et l'ingestion d'une vitamine C traditionnelle ne les augmente pas plus, elle augmente simplement le risque d'avoir des effets secondaires gastro-intestinaux. Une façon de contourner cette limitation est l'utilisation de la vitamine C par voie intraveineuse, une solution malheureusement peu pratique et onéreuse. Il existerait une solution complementaire : l'encapsulation liposomale. Les liposomes sont des systèmes de délivrance de médicaments de dimensions nanoscopiques, qui permettent une absorption complète au niveau de l'intestin. Leur caractère lipophile leur permet de contourner la barrière de la concentration plasmique de la vitamine C et d'atteindre des niveaux très élevés, devenant facilement disponibles pour les cellules immunitaires qui combattent l'infection. De plus, ils ont un avantage supplémentaire par rapport à la vitamine C par voie intraveineuse : leurs propriétés pharmacocinétiques améliorées leur permettent de rester en circulation beaucoup plus longtemps, jusqu'à 8 heures après l'ingestion.

La vitamine C liposomale une véritable alternative :

Goldman Laboratories est un leader dans la recherche de pointe et concepteur de produits à encapsulation liposomale, parmi lesquels une forme hautement biodisponible de la vitamine C, LA VITAMINE C LIPOSOMALE 500MG. En utilisant un produit de haute qualité, une véritable supplémentation de vitamine C liposomale, il est possible d'obtenir des doses appropriées de vitamine C.

REFERENCES

[1] : Hemilä H, Louhiala P. Vitamin C for preventing and treating pneumonia. Cochrane Database of Systematic Reviews. 2013;.

[2] : Gorton H, Jarvis K. The effectiveness of vitamin C in preventing and relieving the symptoms of virus-induced respiratory infections. Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics. 1999;22(8):530-533.

[3] : Sgarbanti R, Amatore D, Celestino I, Marcocci M, Fraternale A, Ciriolo M et al. Intracellular Redox State as Target for Anti-Influenza Therapy: Are Antioxidants Always Effective?. CTMC. 2014;14(22):2529-2541.

Articles en relation

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)